================================================== Démocrite



Ontologie : Démocritique

élément : Sequence_Unit_Class

rdf:ID : N02_Démocrite

rdfs:label : Démocrite

Avril 2011

Démocrite



L'évocation de Démocrite a ici bien des raisons :
Physicien, Démocrite avait eu à la suite de Leucippe l'intuition de l'atome, dont l'énergie orienta ma vie professionnelle.
Philosophe, Démocrite a été décrié et l'est encore, à tort, malgré la pertinence de ses assertions, "des mots critiques".
Et sous ses différentes formes, ce jeu "des mots, critique" a orienté ma propre philosophie.
Par quelque volonté étrange Démocrite reste encore mal situé parmi les philosophes.
Il dérange encore la philosophie dominante, malgré l'expérience accumulée de nos sciences physiques et humaines.
Il ne reste rien que des recensions de l'œuvre de Démocrite, dont les derniers ouvrages ont été détruits au début de l'ère chrétienne.

La philosophie matérialiste de Démocrite était en totale opposition avec la philosophie idéaliste de Platon.
Si Platon ne pouvait méconnaître Democrite, il ne le cite dans aucun de ses textes, et Aristoxène rapporte dans ses "Mémoires Historiques" qu'il aurait souhaité faire brûler tous les écrits de Démocrite.

Les citations qui suivent viennent à l'encontre de la philosophie Platonicienne

« La liaison fortuite des atomes est l'origine de tout ce qui est. »

« Tout ce qui existe dans l'Univers est le fruit du hasard et de la nécessité. »

« L’homme sage et savant est la mesure de toute chose. »

« En vérité, nous ne savons rien, car la vérité demeure au fond du puits. »

« Rien n'est plus comique ni plus risible que toute la vie ; qu'elle s'emploie à chercher des biens imaginaires, à former des projets qui demanderaient plusieurs vies ajoutées l'une à l'autre; qu'elle échappe au moment même où l'on ose le plus compter sur ses forces, où l'on s'appuie davantage sur la durée, qu'elle n'est enfin qu'une illusion perpétuelle qui séduit d'autant plus vite, qui séduit d'autant plus aisément, qu'on porte avec soi-même le principe de la séduction.
Je voudrais que l'Univers entier se dévoilât tout d'un coup à nos yeux.
Qu'y verrions-nous ?
que des hommes faibles, légers, inquiets, passionnés pour des bagatelles, pour des grains de sable ;
que des inclinations basses et ridicules, qu'on masque du nom de vertu ;
que de petits intérêts, des démêlés de famille, des négociations pleines de tromperie, dont on se félicite en secret et qu'on n'oserait produire au grand jour ;
que des liaisons formées par hasard, des ressemblances de goût qui passent pour une suite de réflexions ;
que des choses que notre faiblesse, notre extrême ignorance nous portent à regarder comme belles, héroïques, éclatantes, quoiqu'au fond elle ne soient dignes que de mépris !
Et après cela, nous cesserions de rire des hommes, de nous moquer de leur prétendue sagesse et de tout ce qu'ils vantent si fort. »

à suivre, "des mots, critique"


Démocritique

image/svg+xml Conception : Henry Boccon-Gibod Page c ≤ 1 mots clefs D "philosophie, jugement" précède IF des mots critique ≤ 1 suit P Philosophie Brute Démocrite